Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini a été Directeur de l'Institut Jacques Delors (2011-2017). Il assiste le ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Union européenne et Citoyens

Élections européennes : moins d'abstention, plus de populisme?

le 13 Novembre 2013 à 12:57
Tribune par Yves Bertoncini

Les élections européennes des 22 au 25 mai 2014 suscitent d’ores et déjà des inquiétudes liées aux risques d'une forte abstention et de scores importants des partis «populistes ». Yves Bertoncini s'efforce de relativiser l'ampleur de ces deux défis politiques tout en appelant à les relever, dans une Tribune directement inspirée de son intervention lors d'une conférence organisée le 15 octobre à Paris par les Jeunes Européens de Sciences Po.


Yves Bertoncini souligne tout d'abord qu'il est normal que des élections de nature subsidiaire suscitent un taux de participation limité, même s'il n'est pas exclu que le taux de participation aux prochaines élections européennes puisse être plus élevé qu'en 2009, compte tenu du nouveau contexte institutionnel et politique. Ce n'est pas seulement parce que le prochain président de la Commission devra être désigné en écho aux résultats des élections européennes que les citoyens pourraient voter davantage, mais surtout parce que nombre de débats nationaux ont été structurés par des enjeux européens au cours de la période récente.


Yves Bertoncini indique par ailleurs qu'une poussée électorale populiste devrait intervenir au printemps prochain, qui serait la conséquence logique de crises économiques, sociales et politiques dépassant l’UE (au deux sens du terme).  Mais il précise qu'il est douteux que cette poussée populiste ait beaucoup d'impact au Parlement européen, au sein duquel l’influence des forces politiques se mesure à l’aune du nombre de sièges obtenus, mais aussi de leur cohésion interne et de leur capacité à établir des coalitions majoritaires avec d’autres partis. C’est parce que les partis populistes sont structurellement faibles au regard de ces deux derniers critères que leur progression quantitative ne devrait pas altérer le fonctionnement du Parlement européen, au-delà de la présence plus nombreuse de voix discordantes dans l’hémicycle strasbourgeois.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.