Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini est Directeur de l'Institut Jacques Delors depuis avril 2011. Il assiste le ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Union européenne et Citoyens

Les élections européennes de mai 2014 : poussée europhobe ou "business as usual"?

le 06 Mai 2015 à 10:26
Policy paper par Yves Bertoncini

Notre directeur Yves Bertoncini présente une analyse détaillée des résultats des élections européennes de mai 2014, dans un Policy paper tirant trois leçons complémentaires.


1. Une nouvelle victoire des partis de la “grande coalition”


Les partis membres des groupes PPE et S&D ont gagné respectivement 29% et 25% des sièges, tandis que les autres forces politiques en ont toutes gagné moins de 10%. Les élus de ces deux groupes sont appelés à façonner l'essentiel des décisions du PE pendant la législature 2014-2019.

Les partis affiliés aux groupes PPE ou S&D ont gagné dans 20 des 28 pays de l'UE. Dans 3 autres, ce sont des partis affiliés au groupe ADLE qui l'ont emporté. D'autres partis ont atteint les 3 premiers rangs dans un nombre limité de cas.

Une comparaison avec 2009 montre un relatif déclin du PPE (29% contre 36% des sièges), une stabilité du groupe S&D (25% des sièges). Le groupe ADLE est passé de 12% à 8.9% des sièges, le groupe des Verts de 7,4% à 6.6% tandis que le groupe ECR a progressé de 7.3% à 9.3%.


2. La progression des nébuleuses eurosceptiques et europhobes


Il est utile d'analyser les forces politiques présumées hostiles à l'UE en établissant une distinction entre les partis “eurosceptiques”, qui critique fortement l'UE, la zone euro ou l'espace Schengen, sans prendre position en faveur du retrait de leur pays, des partis “europhobes”, qui plaident fortement pour un tel retrait.

30 partis ou coalitions eurosceptiques, dans 16 pays, ont obtenu au mois un siège au PE, tandis que 16 partis ou coalitions europhobes, dans 13 pays, en ont fait de même. Ces partis ont gagné environ 40 sièges chacun, avec une progression relative plus forte pour les europhobes (+50% les eurosceptiques contre +100% pour les europhobes).

Cette double progression n'a pas d'impact institutionnel significatif au PE, où ces partis ne forment pas un bloc politique homogène mais plutôt deux nébuleuses disparates. Son impact doit donc être mesuré sur un registre plus politique, en se focalisant au niveau national et au niveau du Conseil européen.


3. L'abstention au élections de mai 2014: un niveau normal?


Le très haut niveau d'abstention constaté en mai 2014 (57.4%) s'avère relativement stable par rapport à 2009.Les pays de l'UE se répartissent à nouveau entre une moitié où l'abstention progresse et une autre moitié où elle stagne ou décline.

Le "déficit de participation" aux élections européennes est avant tout le reflet du "déficit de pouvoir" de l'UE: le taux d'abstention est à des niveaux comparables à ceux constatés lors d'autres “élections subsidiaires" du même type (élections fédérales suisses et américaines).

Une corrélation entre ce bas niveau de participation et une expression de rejet de l'UE pourrait exister dans des pays comme le Royaume-Uni et la République tchèque, mais elle ne peut être appliquée à des pays comme la Pologne (bas niveau de défiance mais bas niveau de participation) ou l'Italie (haut niveau de défiance mais forte participation).

Les enquêtes qualitatives conduites après mai 2014 permettent d'identifier quelques signes mineurs d'abstention synonyme de défiance envers l'UE. Les traces d'une perception négative devraient en fait plutôt être recherchés du côté des votants, dont 7% ont voté pour exprimé leur insatisfaction envers l'UE.


Ce Policy paper est la version anglaise d'un article publié en février 2015 dans "L'État de l'opinion 2015", présenté par Olivier Duhamel et Edouard Lecerf et édité par TNS Sofres et Le Seuil.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.