Conférence
 
Bruxelles, 5 décembre 2017 – Présentation de « Faire l’Europe dans un monde de brutes »
05/12/2017
 
C'est un grand Italien qui l'affirme : la construction européenne a urgemment besoin d'être consolidée par une relance franco-allemande. De l'intérieur, ses bases sont non seulement menacées par le Brexit, mais, plus largement, par des opinions déboussolées qui se considèrent délaissées par l’UE. A l'extérieur, les railleries de Trump, la défiance de Poutine et les provocations d'Erdogan exigent plus que jamais des Européens de se prendre en main. D'autant que notre continent doit répondre aussi aux grands bouleversements que sont l'augmentation de la population mondiale, les arrivées de migrants, le changement climatique et les mutations rapides de l'économie. A l'Europe aujourd'hui de s'affirmer pour devenir une puissance de valeurs.
Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE)
Square de Meeûs, 19/1 B-1050 Bruxelles (Belgique)
15h00 > 17h00
Mardi 5 décembre 2017

 

15h > 15h15 – Mot d’accueil
 
  • Fr. Olivier POQUILLON, secrétaire général de la Comece
 
 15h15 > 16h15 – Idées pour « Faire l’Europe dans un monde de brutes » 
 
  • Enrico LETTA, président de l’Institut Jacques Delors et ancien premier ministre italien
  • Sébastien MAILLARD, directeur de l’Institut Jacques Delors
 
Modératrice : Céline SCHOEN, correspondante à Bruxelles de La Croix

 
Débat avec le public
 

16h15 > 16h30 – Conclusion 
 

  • Geneviève PONS, directrice de la Représentation de l’Institut Jacques Delors à Bruxelles 
 
16h30 > 17h00 – Séance de dédicaces

 

Inscription obligatoire >>> Inscriptions fermées
 
TWITTER :  #MondeDeBrutes

C’est un grand Italien qui l’affirme : la construction euro­péenne a urgemment besoin d’être consolidée par une relance franco-allemande.

De l’intérieur, ses bases sont non seulement menacées par le Brexit, mais, plus largement, par des opinions déboussolées qui se considèrent délaissées par l’UE.

A l’extérieur, les railleries de Trump, la défiance de Poutine et les provocations d’Erdogan exigent plus que jamais des Européens de se prendre en main. D’autant que notre continent doit répondre aussi aux grands bouleversements que sont l’augmentation de la population mondiale, les arrivées de migrants, le changement climatique et les mutations rapides de l’économie. A l’Europe aujourd’hui de s’affirmer pour devenir une puissance de valeurs.

Enrico Letta fut chef du gouvernement italien dans les heures mouvementées de la crise de l’euro et de la crise des migrants. Dans ce livre, fruit d’entretiens avec Sébastien Maillard, il avance des pistes pour « débruxelliser » l’Europe, démocratiser son fonctionnement et asseoir son leadership, afin de réconcilier le projet européen avec tous ceux qui s’en estiment les perdants ignorés.

Avec conviction, réalisme et pédagogie, il nous démontre que si l’Europe se divise, elle se marginalisera au risque de ne compter pour rien dans un monde de brutes.

Enrico Letta, homme politique italien, membre du parti démocrate, a été président du Conseil entre 2013 et 2014 après avoir été ministre et député ainsi que député européen. En 2015, il a démis­sionné de ses mandats pour diriger à Paris l’école des Affaires inter­nationales de Sciences Po. Il préside également l’Institut Jacques Delors.

Sébastien Maillard, ancien journaliste à La Croix, dont il fut le correspondant à Bruxelles et à Rome, est aujourd’hui directeur de l’Institut Jacques Delors.