Rapports
 
Investissement en Europe : tirer le meilleur parti du Plan Juncker
Le Plan Juncker a été annoncé il y a un an comme un moyen de promouvoir l'investissement et l'emploi en Europe. S'agit-il d'une vaste offensive pro-investissement, ou juste d'une campagne de communication ? Comment peut-on tirer le meilleur parti du Plan Juncker ?
Rapports
Ce Rapport, rédigé par Eulalia Rubio, David Rinaldi et Thomas Pellerin-Carlin, respectivement chercheur senior et chercheurs à l’Institut Jacques Delors et préfacé par Enrico Letta, vice-président de l’Institut Jacques Delors, analyse les forces et faiblesses du plan Juncker. À partir des résultats préliminaires du plan, d’avis d’experts, d’expériences avec des instruments semblables et de deux études de cas, elle identifie plusieurs risques à court terme concernant la mise en œuvre qui pourraient compromettre le succès du plan durant sa période initiale de trois ans, et formule des recommandations stratégiques pour remédier à ces risques.

La principale conclusion est que le plan ne sera pas suffisant pour combler le déficit d’investissement actuel de l’UE et devrait donc être complété par d’autres mesures visant à stimuler l’investissement. La réussite du plan Juncker pourrait également être compromise en l’absence de certaines conditions. 

Ce Rapport analyse également des scénarios possibles sur le long terme, notamment l’éventualité que l’EFSI donne lieu à la création d’un système de banques d’investissement publiques en Europe et celle qu’elle soit à l’origine d’un futur mécanisme de stabilisation macroéconomique de la zone euro.

Enfin, ce Rapport propose une analyse de terrain des apports possibles du plan Juncker dans deux grands domaines : les infrastructures numériques et l’efficacité énergétique. Les deux études de cas soulignent la nécessité de progresser au niveau du troisième pilier du plan en améliorant les cadres règlementaires nationaux et européens, afin de supprimer les obstacles non-financiers à l’investissement. Dans ces deux domaines, il existe un risque concret de concentration géographique, mais des éléments indiquent également que l’EFSI pourrait contribuer au montage et au financement de projets d’investissement de petite taille et à haut risque.