Rapports
 
L’UE malgré tout ? Les opinions publiques européennes face aux crises (2005-2015)
Cette Étude de Daniel Debomy souligne avec minutie autour de quels enjeux et dans quelle mesure les peuples de l’UE ont pu ou non modifier leur jugement sur elle au cours d’une "décennie de crises".
|   22/06/2016             |   Daniel Debomy             |   Démocratie et citoyenneté
Rapports

Controverses relatives au projet de « Traité constitutionnel européen », conflits liés à la « crise de la zone euro », puis tensions découlant de la crise des réfugiés n’ont pas seulement nourri un intense débat public dans la plupart des pays de l’UE : ils ont aussi suscité nombre de commentaires plus ou moins impressionnistes et alarmistes, qu’il est salutaire de mettre en perspective sur la base de données solides et d’analyses étayées et circonstanciées.

Tel est le grand mérite de l’Étude réalisée par Daniel Debomy, spécialiste reconnu de l’analyse des évolutions des opinions publiques européennes qui, sur la base des précieuses enquêtes « Eurobaromètre », souligne avec minutie autour de quels enjeux et dans quelle mesure les peuples de l’UE ont pu ou non modifier leur jugement sur elle au cours d’une « décennie de crises ».

1. L’un des premiers enseignements de cette Étude est que la perception citoyenne de l’appartenance de son pays à l’UE est demeurée positive tout au long de la période, et qu’elle s’avère même plus positive en 2015 qu’en 2005 dans une fraction significative des pays membres.
2. Son deuxième enseignement est que l’image de l’UE et le degré de confiance que ses citoyens éprouvent à son égard ont en revanche subi un déclin marqué entre 2005 et 2015.
3. Sa troisième leçon est de souligner que ce qui caractérise le débat public sur l’UE de cette dernière décennie n’est pas tant son « déficit démocratique » ou la classique fracture entre « Bruxelles et les peuples », mais davantage une fracture entre les peuples de l’UE, qui constitue un défi non moins considérable pour les partisans et praticiens de la construction européenne.

Voilà une raison de former le vœu que les autorités européennes et nationales et, au-delà, l’ensemble des citoyens s’impliquant dans le débat public sur l’UE, puissent méditer et mettre en débat cette Étude de Daniel Debomy, afin de formuler des analyses et des initiatives s’appuyant sur de solides fondements politiques et démocratiques.