Policy Paper 167
 
De la distraction à l’action : une stratégie d’Innovation audacieuse pour l’Union de l’énergie
L'Europe est à un Carrefour de crises: démocratie représentative, objectif du projet européen, changement climatique et une définition dangereuse de la compétitivité. Dans ce contexte, ce policy-paper suggère des voies pour que l’UE réponde partiellement à ces défis via sa future Stratégie de Recherche, d’Innovation et de Compétitivité pour l’Union de l’Energie.
|   14/06/2016             |   Thomas Pellerin-Carlin   |   Pierre Serkine             |   Energie et environnement
Policy Paper

Avec sa Stratégie de Recherche, d’Innovation et de Compétitivité pour l’Union de l’Energie (EURICS), l’UE peut faire d’une pierre trois coup : promouvoir sa compétitivité en devenant le fournisseur mondial de solutions bas-carbone, un objectif qui peut être réalisé démocratiquement en plaçant les citoyens au centre et au volant de l’Innovation. Pour cela, Thomas Pellerin-Carlin, chercheur à l’institut Jacques Delors et Pierre Serkine, analyste de l’appropriation sociétale de l’énergie, proposent dans ce policy-paper :

  • L’Europe a besoin de considérer que l’innovation est au cœur de sa compétitivité.
  • L’innovation ne se limite pas aux technologies. EURICS doit donc s’intéresser à tous les éléments humains et sociaux des modes de production, consommation et d’utilisation de l’énergie. Il faut ainsi s’intéresser à l’appropriation de l’énergie, l’intégration des sciences sociales, la valorisation de la maintenance et la promotion de l’innovation frugale.
  • Les solutions pour une économie et un système énergétique neutre en carbone proviennent de la coopération entre le public et le privé, EURICS doit donc aussi tenter de transformer des entreprises frileuses au changement en des tigres de la transition énergétique. Cela implique notamment de réaliser un changement culturel : démystifier l’échec et libérer le potentiel entrepreneurial des chercheurs et salariés.
  • Après la COP21, l’UE doit accroître son soutien à la recherche énergie-climat. Elle peut notamment créer les Laboratoires Européen Energie-Climat : un centre de recherche interdisciplinaire, fondamentale et appliquée, située dans un seul endroit et ayant pour but de développer les technologies et idées nécessaires à la transition mondiale vers une société neutre en carbone lors de ce siècle.
  • L’innovation est plus légitime lorsqu’elle est démocratique. L’UE devrait donc créer un instrument citoyen pour guider la politique européenne d’innovation sur l’énergie : une plateforme numérique où les innovateurs et les citoyens peuvent co-créer des innovations qui sont sélectionnées démocratiquement, puis financées par des citoyens, des investisseurs providentiels, des collectivités locales et l’UE. Sur cette plateforme, le budget UE est alloué de façon simple : lorsqu’un citoyen européen investit un euro, l’UE investit un euro. Les projets financés deviennent ensuite des start-ups ou des projets d’intraprenariat.