Autres documents
 
La transition énergétique par l’innovation participative: un défi pour l’UE
L'Europe est à un carrefour de crises : démocratie représentative, objectif du projet européen, changement climatique et une définition dangereuse de la compétitivité. Dans ce contexte, cette tribune suggère des voies pour que l’UE réponde partiellement à ces défis en lançant une plateforme numérique fondée sur la participation active des citoyens.
|   13/09/2016             |   Thomas Pellerin-Carlin   |   Pierre Serkine             |   Energie et environnement
Autres documents
Avec sa Stratégie de Recherche, d’Innovation et de Compétitivité pour l’Union de l’Energie (EURICS), l’UE peut faire d’une pierre trois coups : promouvoir sa compétitivité en devenant le fournisseur mondial de solutions bas-carbone, un objectif qui peut être réalisé démocratiquement.
Pour cela, Thomas Pellerin-Carlin, chercheur à l’Institut Jacques Delors et Pierre Serkine, analyste de l’appropriation sociétale de l’énergie à la KIC-InnoEnergy, proposent dans cette tribune :
  • L’Europe a besoin de considérer que l’innovation est au cœur de sa compétitivité.
  • La politique d’innovation est plus légitime lorsqu’elle est démocratique. L’UE doit donc tester des outils d’innovations permettant une participation active des citoyens aux décisions qui les concernent. 
  • À des fins de compétitivité comme de démocratie, l’UE devrait créer une instrument fondé sur la participation des citoyens, une plateforme numérique où les innovateurs et les citoyens peuvent co-créer des innovations qui sont sélectionnées démocratiquement, puis financées de façon participative par des citoyens, des investisseurs providentiels, des collectivités locales et l’UE. Sur cette plateforme, le budget UE est alloué de façon simple : lorsqu’un citoyen européen investit un euro, l’UE investit un euro. Les projets financés deviennent ensuite des start-ups ou des projets d’intraprenariat.