Autres documents
 
Le poison du juste retour
La focalisation de plus en plus grande des débats budgétaires communautaires sur la notion de solde nette, différence entre ce que chacun mettrait au pot commun et ce qu'il en retirerait, ainsi qu'on a encore pu le constater lors du récent débat sur les perspectives financières, n'augure rien de bon. C'est souvent le signe avant-coureur d'une décomposition. Il est temps de tirer le signal d'alarme.
|   17/07/2005                       |   Economie et finance
Autres documents
La focalisation de plus en plus grande des débats budgétaires communautaires sur la notion de solde nette, différence entre ce que chacun mettrait au pot commun et ce qu’il en retirerait, ainsi qu’on a encore pu le constater lors du récent débat sur les perspectives financières, n’augure rien de bon. C’est souvent le signe avant-coureur d’une décomposition. Il est temps de tirer le signal d’alarme.

C’est ce qu’a fait Notre Europe en demandant à Jacques Le Cacheux, économiste et éminent spécialiste des finances publiques européennes, d’examiner les concepts de solde net, de juste retour. On trouvera le résultat de son travail sur le site de l’association. Son étude montre les graves défauts méthodologiques dont souffre l’approche du débat budgétaire par ce concept. Avec ce dernier, on se trouve aux antipodes de l’esprit communautaire, on nie l’existence de toute logique d’action collective. On ne serait pas devant un jeu à somme positive, mais devant un jeu à somme nulle. Les finances communautaires se réduiraient à un simple exercice comptable. l’étude a été présentée à la presse à Bruxelles le mardi 5 juillet.

L’auteur propose de bien dissocier le débat sur les emplois du débat sur les ressources, du débat sur les voies et moyens, et de commencer par bien définir et chiffrer les objectifs de l’action communautaire. A terme il ne voit de salut, ou d’antidote, que dans le retour à de vraies ressources propres communautaires. Quoi qu’il en soit, ce qui est clair, C’est qu’il faut relancer le débat budgétaire sur de nouvelles bases. Il en va de la cohésion de l’Union.