Policy Paper 135
 
Le regard du Vatican sur l’Europe : du vif encouragement au soutien exigeant
Alors que le pape se rend à Sarajevo le 6 juin prochain, ce Policy paper de Sébastien Maillard analyse l'évolution des relations entre le Vatican et l'Europe depuis les débuts de la construction européenne.
|   02/06/2015             |   Sébastien Maillard             |   Europe dans le monde
Policy Paper

La large victoire du « oui » au référendum sur le mariage entre personnes de même sexe tenu en Irlande, pays de tradition catholique, est vécue comme une défaite au sein de l’Église. Le Vatican en particulier se sent toujours plus à contre-courant face à une lame de fond gagnant ses foyers historiques occidentaux.

Dans son Policy paper, Sébastien Maillard indique que les rapports sont en train d’évoluer entre une Europe en larges endroits sécularisée et une Église catholique moins euro-centrée sous le pontificat du premier pape du Sud. L’attente du Saint-Siège demeure toutefois élevée à l’égard d’un continent appelé à servir, selon l’expression du pape François à Strasbourg, de « précieux point de référence pour toute l’humanité ». Mais une relation longtemps privilégiée avec l’Europe fait place à un attachement plus distant à son expression bruxelloise, objet d’une vigilance critique.

La diplomatie vaticane a pourtant été un fidèle soutien à la construction communautaire. Elle en a appuyé les premiers traités sous Pie XII (CECA, CED, traités de Rome) et en a anticipé l’élargissement sous Jean-Paul II. Elle a eu pour souci constant – et insistant durant la négociation du traité constitutionnel – d’en affirmer l’assise chrétienne sans laquelle il n’est point d’Europe viable, selon l’Église. Celle-ci entend aujourd’hui à la fois poursuivre son dialogue avec les institutions européennes et devenir facilitatrice du vivre-ensemble entre tous les Européens du continent, au-delà de l’UE.

La mise en valeur de la coexistence pacifique entre peuples et religions s’annonce au cœur du voyage du pape François à Sarajevo, le 6 juin prochain. Ce déplacement dans une ville meurtrie par l’Histoire est son deuxième dans les Balkans, après Tirana (Albanie) en septembre 2014. Il envoie un nouveau message contre la montée des extrémismes au reste de l’Europe ainsi qu’un rappel à tirer les leçons du passé – celles-là même qui fondent, à l’origine, la construction européenne.