décryptage
 
Les propositions de l’UE pour le développement rural après 2013: bon compromis entre innovation et conservatisme ?
Alors que les discussions institutionnelles sur la PAC après 2013 sont lancées depuis octobre 2011, le développement rural fait figure de parent pauvre. Dans ce Bref Francesco Mantino analyse la proposition de la Commission visant à réformer le second pilier de la PAC, il estime que cette réforme associe innovation et conservatisme.<br/ >
|   19/01/2012             |   Francesco Mantino             |   Droit et institutions
décryptage

Alors que les discussions institutionnelles sur la PAC après 2013 sont lancées depuis le 12 octobre 2011, le développement rural fait figure de parent pauvre. Dans ce Bref de Notre Europe, Francesco Mantino analyse la réforme du second pilier de la PAC proposée par la Commission. Pour lui, elle découle d’un compromis entre l’innovation et le conservatisme qui affectera la définition de la politique et le financement de cette dernière. Parmi les principaux changements, il note le renforcement de la dimension stratégique dans les objectifs du développement rural (Stratégie Europe 2020), la mise en place d’un nouveau cadre institutionnel incitant les Etats et les régions à davantage de coordination (appelé « cadre stratégique commun » ou « contrat de partenariat » à l’échelle nationale) et le renforcement des objectifs environnementaux. Il souligne néanmoins que l’introduction d’un objectif de stabilisation du revenu agricole dans le second pilier de la PAC devrait complexifier la programmation en incluant des objectifs de court terme dans une politique jusqu’ici organisée autour du long terme.