Autres documents
 
Notre contribution à la consultation de la Commission dans le cadre du Livre Vert sur la cohésion territoriale
Notre Europe avait anticipé l'adoption de la Communication de la Commission « Livre Vert sur la cohésion territoriale : faire de la diversité territoriale un atout », en publiant en juin 2008 une étude intitulée « La cohésion territoriale, de la théorie à la pratique ». La présente réponse à la consultation reprend de manière succincte les réflexions et les propositions qui y étaient énoncées.
|   02/03/2009             |   Marjorie Jouen             |   Droit et institutions
Autres documents

Notre Europe avait anticipé l’adoption de la Communication de la Commission « Livre Vert sur la cohésion territoriale : faire de la diversité territoriale un atout », en publiant en juin 2008 une étude intitulée « La cohésion territoriale, de la théorie à la pratique ». La présente réponse à la consultation reprend de manière succincte les réflexions et les propositions qui y étaient énoncées.

Pour connaître le détail des analyses techniques et des réflexions théoriques sur lesquelles s’appuient ces préconisations, Notre Europe recommande donc la lecture du texte initial et plus complet, disponible en français et anglais,

A titre préalable, Notre Europe tient à mettre en avant les trois raisons qui fondent l’importance actuelle de la cohésion territoriale pour l’Union européenne. Tout d’abord, elle représente l’une des émanations contemporaines du modèle social européen, illustrant la relation particulière des Européens à leur espace et à la solidarité. Ensuite, il s’agit d’une nécessité économique car la poursuite de la croissance semble ne pouvoir être obtenue qu’au prix d’une aggravation des disparités et d’une marginalisation de certaines zones, notamment rurales, toutes deux créant un surcoût global en lien avec la dégradation de l’environnement.

Enfin, elle constitue une source majeure de légitimité démocratique, susceptible d’inverser l’augmentation tendancielle des inégalités qui nourrit le scepticisme des Européens à l’égard de la construction européenne.