Rapports
 
Plaidoyer pour un renouveau du capitalisme transatlantique – Rapport final du projet « New Atlantic Capitalism »
Ce rapport conclut une série des réunions et de débats lancée fin 2010 dans le cadre du projet "New Atlantic Capitalism" (Nouveau capitalisme atlantique), mené par 5 think tanks : demosEUROPA - Centre for European Strategy, The German Marshall Fund of the United States, Notre Europe, Stiftung Wissenschaft und Politik et European Policy Centre
|   21/03/2012             |   Eulalia Rubio             |   Economie et finance
Rapports

Ce rapport conclut une série des réunions et de débats lancée fin 2010 dans le cadre du projet « New Atlantic Capitalism » (Nouveau capitalisme atlantique). Il s’intéresse aux défis économiques majeurs auxquels doivent faire face l’UE et les Etats-Unis du fait de la crise, et se concentre sur les points de convergence et de divergence transatlantiques.

La conclusion du rapport est que si les Etats-Unis et l’Europe suivent des voies distinctes, ce sera à leurs risques et périls. Nous suggérons que ce n’est qu’en mutualisant nos forces que la communauté transatlantique pourra répondre le plus efficacement à ces défis économiques, protéger les intérêts américains et européens et contribuer à garantir la prospérité et la paix, qui ont constitué l’héritage d’après-guerre de l’alliance atlantique.

A cet effet, le rapport propose :
– un calendrier contraignant pour l’élimination de tous les droits de douane sur les biens échangés entre les deux rives de l’Atlantique et la libéralisation des services, de l’investissement et des marchés d’approvisionnement,

  • – la réduction des barrières non-tarifaires par le biais d’une cohérence réglementaire, basée sur le principe de la reconnaissance mutuelle, valable pour toute la législation en vigueur sauf mention inverse,
  • – un dialogue économique stratégique annuel impliquant des responsables de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne, le département du Trésor américain et les ministres des Finances des Etats membres de l’UE, ainsi que des responsables des institutions européennes,
  • – la levée des obstacles restants pour un nouveau cadre général pour la régulation financière,
  • – la négociation de règles communes pour les subventions et les pratiques des entreprises publiques, des règles pour l’investissement étranger et les marchés publics afin de garantir le maintien de normes communes sur le marché mondial.