Autres documents
 
Pour un renouveau de l’Europe
Dans une
tribune tirée de sa récente intervention devant les membres du groupe S&D du
Parlement européen, Jacques Delors appelle à sortir de la crise actuelle de
l’UEM en misant davantage sur le triptyque « compétition, coopération,
solidarité » et sur les vertus de la méthode communautaire.
|   18/09/2012             |   Jacques Delors             |   Droit et institutions
Autres documents

Jacques
Delors s’est récemment exprimé devant les membres du groupe S&D du Parlement
européen afin de soutenir leur appel pour « un renouveau de
l’Europe ».

Dans cette
tribune inspirée de son intervention, il rappelle la situation difficile dans
laquelle se trouve l’Union économique et monétaire. Pour y remédier, il
explique qu’il faut non seulement procéder à un assainissement financier, mais
aussi redonner confiance à l’Europe afin qu’elle soit source de croissance et
d’emplois.

Jacques
Delors revient sur les causes internationales de la crise de la zone euro, mais
rappelle aussi le défaut conceptuel initial de l’UEM, qui ne repose que sur un
pilier monétaire, et non économique. Il déplore par ailleurs le manque de
coordination des politiques économiques en Europe et souligne la nécessité de
revenir au triptyque qui lui est cher : « La compétition qui stimule,
la coopération qui renforce et la solidarité qui unit ».

Il estime enfin
que dresser un bilan institutionnel de l’UEM s’impose : il faut en revenir
à la « méthode communautaire » et définir plus clairement les sphères
de compétences de l’UE et de ses Etats membres, en écho à la formule de Tommaso
Padoa-Schioppa : « Aux Etats la rigueur, à l’Union la croissance ».