décryptage
 
Quel budget européen pour l’après-crise ?
Cette tribune d’Eulalia Rubio porte sur les conséquences immédiates de la crise sur les négociations du cadre financier pluriannuel 2014-2020 et propose une réflexion sur les implications de long terme de la crise sur les finances publiques européennes. Il s’agit d’une version anglaise revue et actualisée d’un article publié dans la revue Regards Croisés sur l'Économie en juin 2012
|   25/07/2012             |   Eulalia Rubio             |   Economie et finance
décryptage
En 2005, lorsque les États membres sont parvenus à un compromis sur le budget 2007-2013 de l’UE, l’économie européenne connaissait une croissance d’environ 2%, ce qui était considéré à l’époque comme la preuve d’une « quasi-sclérose » dans un monde où les taux annuels de croissance avoisinaient 5% et où l’économie américaine connaissait un fort rebond à 4%. Comme aujourd’hui, la situation des finances publiques nationales n’était pas très bonne mais les perspectives économiques de moyen-terme étaient optimistes. Du point de vue de la solidarité, les défis étaient évidents : l’UE venait de réaliser l’élargissement le plus ambitieux de son histoire et il ne faisait aucun doute que les efforts de solidarité de l’UE devaient essentiellement se concentrer sur l’aide aux nouveaux États membres dans leur processus de rattrapage. Le projet d’intégration européenne était affecté par des crises sporadiques, qui étaient relativement mineures et essentiellement de nature politico-institutionnelle.
Sept ans plus tard, le contexte économique et politique est radicalement différent. Et pourtant, il est surprenant de constater que les négociations du nouveau cadre budgétaire pluriannuel 2014-2020 sont similaires aux précédentes négociations budgétaires. La crise a-t-elle eu un impact sur le budget communautaire ? En aura-t-il un à l’avenir ?
Cette tribune d’Eulalia Rubio offre une réflexion sur les implications de court et long terme de la crise sur le budget de l’UE. La première partie porte sur les effets immédiats de la crise sur les négociations du cadre financier pluriannuel 2014-2020. La seconde s’intéresse aux implications de long terme que la crise et les réformes actuelles de la gouvernance de l’UEM pourraient avoir sur les finances publiques européennes.