Policy Paper 222
 
Un peu, beaucoup… modérement : les opinions publiques et l’UE dans les pays de Visegrad
L’analyse des opinions publiques dans les pays du groupe de Visegrád depuis leur entrée dans l’Union européenne met en évidence des évolutions et des situations contrastées.
|   05/04/2018             |   Daniel Debomy             |   Démocratie et citoyenneté
Policy Paper

Les Polonais, très inquiets à l’époque de leur adhésion, manifestent aujourd’hui un degré élevé de satisfaction.
Les Hongrois, dont l’europhilie avait fléchi, paraissent avoir retrouvé ces dernières années une plus grande eurofaveur.
Les Tchèques, tout en sachant pragmatiquement la nécessité de l’UE, restent particulièrement circonspects.
Les Slovaques, qui reconnaissent largement que l’appartenance à l’UE leur a apporté des bénéfices, se montrent quant à eux plus mesurés qu’il y a huit ou dix ans dans leurs sentiments proeuropéens.
Dans ces pays, à côté des opinions plus ou moins favorables qui s’expriment aujourd’hui, les attitudes à l’égard de l’UE restent marquées par des inquiétudes qui ont en partie des racines historiques profondes. On peut y voir une des causes des défiances et des résistances qui se font jour à l’égard de projets européens de politiques communes, en particulier en matière migratoire.