Rapports
 
Une Présidence de transition ?
Une vision nationale de la seconde Présidence finlandaise de l'Union européenne, juillet-decembre 2006.
|   15/06/2006             |   Teija Tiilikainen             |   Droit et institutions
Rapports

La Finlande assumera la Présidence de l’Union Européenne pour la deuxième fois en 2006. La politique européenne finlandaise se caractérise par l’engagement de ses élites et l’indifférence de sa population. Des raisons de sécurité nationale, autrefois qui furent déterminantes en faveur de l’accession à l’UE, continuent à peser sur le choix de l’opinion publique. Contrairement aux autres États membres nordiques, la Finlande est dépourvue de puissants partis eurosceptiques. Tous les grands partis finlandais soutiennent l’appartenance de la Finlande à l’Union Européenne tandis que les partis anti-UE occupent une position marginale.

La Présidence a un programme chargé, dans lequel le traité constitutionnel, l’élargissement de l’UE, l’avenir des sommets de l’ASEM, et les relations euro-russes tiendront une large place. Le gouvernement finlandais prend aussi très au sérieux la mise en oeuvre de la stratégie de Lisbonne et l’avancement du programme de La Haye. En outre, la capacité européenne de gestion des crises, dont les décisions constitutives furent prises lors de la Présidence finlandaise précédente, refait son apparition, car d’importantes mesures devront être prises en ce qui concerne les capacités civiles comme militaires.