Décryptage

Doter l’UEM d’une dimension sociale

Le Mot du mois d’octobre, co-signé par Jacques Delors et Sofia Fernandes, revient sur la nécessité de doter l’UEM d’une dimension sociale fondée sur le parachèvement de l’UEM et le respect des compétences nationales.

Notre Mot du mois d’octobre, co-signé par Jacques Delors et Sofia Fernandes, revient sur la nécessité de doter l’UEM d’une dimension sociale en traitant quatre enjeux complémentaires :

1 – Une dimension sociale fondée sur le parachèvement de l’UEM et le respect des compétences nationales ;
2 – Une dimension sociale pour limiter l’impact négatif de l’appartenance à la monnaie commune sur les États providence nationaux ;
3 – Une dimension sociale pour un meilleur fonctionnement de l’UEM ;
4 – Une dimension sociale transversale qui est un moteur et non un frein de l’Europe Sociale à 28.

Cette
dimension sociale est nécessaire à plusieurs titres : non seulement
pour compenser les effets de la crise, mais aussi pour limiter l’impact négatif
de l’appartenance à la monnaie commune sur les Etats providence
nationaux, garantir un meilleur fonctionnement de la zone euro et réconcilier
les citoyens avec le projet européen.

UEM