Décryptage
 

Élections européennes : quelle cohabitation entre la France et l’UE ?

Le verdict des élections européennes des 22-25 mai en France et en Europe permet de dégager trois enseignements marquants, aussi bien au niveau national qu’au niveau communautaire. Tel est l’objet de cette Tribune d’Yves Bertoncini.

|   26/05/2014             |   Yves Bertoncini             |   Démocratie et citoyenneté
Décryptage

Le verdict des élections européennes des 22-25 mai en France et en Europe permet de dégager trois enseignements marquants, aussi bien au niveau national qu’au niveau communautaire :

1. Au niveau européen comme au niveau français, la droite de gouvernement recule et la gauche de gouvernement stagne, au profit des partis eurosceptiques ou europhobes.

2. La première place du Front national singularise et affaiblit la France en Europe.

3. Les décisions du nouveau Parlement européen continueront à reposer sur des majorités à géométrie variable initiées par les conservateurs et les socialistes & démocrates, sous le regard des europhobes.

Au total, voilà donc un scrutin européen qui ouvre une période de cohabitation non pas seulement entre forces pro-européennes dominantes et partis europhobes minoritaires, mais aussi entre la France et les autres pays de l’UE, bien au-delà du seul Parlement européen.

Cette Tribune a été publiée dans l’édition française du Huffington Post