Décryptage

La sobriété énergétique

Le levier manquant pour résoudre la crise de l’énergie

| 13/05/2022

Citer cet article :
Leuser L. & Pellerin-Carlin T. 2022. « La sobriété énergétique, Le levier manquant pour résoudre la crise de l’énergie », Décryptage, Paris: Institut Jacques Delors, 13 mai.


Introduction

Nous vivons aujourd’hui une époque marquée par l’accès précarisé à des combustibles fossiles chers et polluants.

Depuis l’été 2021, les prix des combustibles fossiles ont flambé, atteignant aujourd’hui des niveaux très élevés. Ils ont d’abord augmenté suite à la reprise post-Covid mondiale. Les prix suivent à présent le cours de la nouvelle réalité géopolitique à laquelle l’Europe est confrontée. La seconde invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine a mis au jour la dépendance européenne à l’énergie fossile en provenance de Russie. Il est très probable que les prix du pétrole restent élevés pendant les prochaines années. Les prix du gaz en Europe ne retrouveront très probablement jamais leurs niveaux d’avant la crise, en raison de la dépendance accrue du continent au gaz naturel liquéfié (GNL).

Le déclenchement de la guerre entre l’Ukraine et la Russie a mis en lumière la précarité de l’accès de l’Union européenne aux combustibles fossiles. Avant l’invasion, la Russie exportait environ 25 % de l’énergie consommée dans l’Union européenne, qui importait 25 % de son pétrole, 40 % de son gaz et 45 % de son charbon de Russie. Vladimir Poutine menace à présent de ne plus fournir de gaz à l’Union européenne et a déjà mis cette menace à exécution en interrompant l’alimentation en gaz de deux États membres, la Pologne et la Bulgarie, le 27 avril 2022.

En parallèle, le recours aux combustibles fossiles accroît la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et contribue ainsi au réchauffement de la planète. En avril 2022, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a réaffirmé l’urgence de la transition énergétique Pour éviter un changement climatique catastrophique, nous devons diviser par deux nos émissions mondiales de gaz à effet de serre au cours des huit prochaines années. Pour atteindre cet objectif, nous devons réduire nos émissions de 6 % par an, soit plus que la réduction constatée en 2020, attribuable aux confinements mondiaux imposés par la pandémie de COVID.

Dans le vaste débat sur la façon de mettre un terme à la question de l’accès à des combustibles fossiles chers et polluants, ce document se concentre sur une solution majeure, et pourtant souvent ignorée : la sobriété énergétique.

Lire la suite →

SUR LE MÊME THÈME

ON THE SAME THEME

PUBLICATIONS

Voir plus
Load more

MÉDIAS

MEDIAS

Voir plus
Load more

ÉVÉNEMENTS

EVENTS

Voir plus
Load more