Autres documents
 

L’Euro, les investisseurs et la gouvernance – Actes du séminaire en hommage à Tommaso Padoa-Schioppa

Afin de rendre hommage à Tommaso Padoa-Schioppa, Notre Europe et l’Institut Egmont se sont associés pour organiser un séminaire sur « L’Euro, les investisseurs et la gouvernance ». Le séminaire a été organisé autour de trois réflexions : faire un bilan de l’Union Economique et Monétaire ; présenter et débattre les attentes des investisseurs vis-à-vis de l’euro ; et présenter des pistes de réflexion pour renforcer la gouvernance économique européenne. Cette publication rassemble les contributions des intervenants à ce séminaire, qui a eu lieu le 4 avril 2011 à Bruxelles. Un extrait de cette publication contenant l’introduction de Jacques Delors est également disponible.

Autres documents

Un extrait de cette publication contenant l’introduction de Jacques Delors est également disponible.

Tommaso Padoa-Schioppa, européen convaincu, clairvoyant et passionné des questions économiques et financières, a consacré une grande partie de sa vie à travailler sur la monnaie européenne et sur l’organisation monétaire mondiale. Afin de lui rendre hommage, Notre Europe et l’Institut Egmont se sont associés pour organiser un séminaire sur « L’Euro, les investisseurs et la gouvernance ». Ce séminaire, qui a eu lieu le 4 avril 2011 à Bruxelles, a permis de traiter de questions qui sont discutées avec passion depuis que la crise financière mondiale a secoué la zone euro.

Le séminaire a été organisé autour de trois réflexions.

Tout d’abord, faire une évaluation objective et rigoureuse de l’expérience débutée en 1999, en distinguant les neuf années qui ont précédé la crise et les années 2008-2011.

En second lieu, répondre à la question de la mise en cause de l’Euro posée par de très nombreux spécialistes des marchés monétaires et financiers. Qu’attendent les investisseurs d’une monnaie commune en Europe ? Que reprochent-ils au système en place ? Ont-ils eux-mêmes des éléments de réponse, institutionnelles ou techniques ?

Et, enfin, quelle forme de gouvernance acceptable par les Etats membres est-elle susceptible de fournir plus de stabilité à la zone euro, tout en lui permettant d’atteindre les objectifs attendus du développement économique et social en termes de pouvoir d’achat, de création d’emplois et de compétitivité ?

Cette publication, qui rassemble les contributions des intervenants au séminaire, permet d’esquisser des réponses à ces questions essentielles.