Autres documents
 

L’UE face aux référendums d’indépendance : un saut dans l’inconnu ?

Le référendum sur l’indépendance de l’Écosse place l’UE dans une situation inédite, qu’il convient d’appréhender sur la base de considérations à la fois juridiques, politiques et diplomatiques : tel est le message de ce Mot signé par Yves Bertoncini.

|   17/09/2014             |   Yves Bertoncini             |   Démocratie et citoyenneté
Autres documents

Le référendum sur l’indépendance de l’Écosse place l’UE dans une situation inédite, qu’il convient d’appréhender sur la base de considérations à la fois juridiques, politiques et diplomatiques :

1. L’UE observe une prudence obligée face aux volontés d’indépendance « régionales »
2. Les États proclamant leur indépendance devraient négocier leur adhésion à l’UE
3. Les conditions de naissance de possibles nouveaux États pèseront fortement sur leurs relations futures avec l’UE

Au total, la victoire du « oui » lors du référendum écossais conduirait l’UE soit à accepter un nouvel État membre, soit à négocier avec lui des « relations spéciales » du même type que celles établies avec les pays membres de l’espace économique européen ou la Suisse, soit à le classer dans la catégorie des pays bénéficiant de la « politique européenne de voisinage ». Cela ne constituerait donc pas un saut dans « l’inconnu » pour l’UE, même si cela l’engagerait dans des négociations qu’elle préfèrerait largement éviter compte tenu de l’ampleur des autres défis économiques, sociaux et géopolitiques qu’il lui faut relever au cours des prochains moins.

Cette Tribune a été publiée dans l’édition française du Huffington Post et dans une version anglaise par Euractiv.com.