Rapports
 

Mer Baltique, Danube et stratégies macro-régionales : un modèle de coopération transnationale dans l’UE ?

L’approche flexible et ciblée proposée par les stratégies macro-régionales de l’UE, récemment lancées en Mer Baltique (2009) et Région du Danube (2010), explique sûrement l’enthousiasme qu’elles suscitent. Pourtant, si elles ouvrent une nouvelle piste prometteuse, elles n’ont pas forcément vocation à devenir un modèle pour tous les territoires.

|   26/09/2011             |   Stefanie Dühr             |   Europe dans le monde
Rapports

L’approche flexible et ciblée proposée par les stratégies macro-régionales de l’UE, récemment lancées en Mer Baltique (2009) et Région du Danube (2010), explique sûrement l’enthousiasme qu’elles suscitent. Pourtant, si elles ouvrent une nouvelle piste prometteuse, elles n’ont pas forcément vocation à devenir un modèle pour tous les territoires.

Analysant en détail les deux stratégies existantes, Stefanie Dühr s’interroge sur leur mode de fonctionnement et leur réelle valeur ajoutée. En insistant sur la complexité de la gouvernance et l’imbrication des intérêts géopolitiques associés à chacune des deux stratégies, elle nous suggère d’éviter d’en tirer des conclusions trop hâtives.

La coopération transnationale a vu le jour, dans le but de régler « les problèmes intermédiaires » auxquels ne s’intéressaient, ni les perspectives nationales et régionales, ni les perspectives européennes. Toutefois, les programmes INTERREG ont souvent été critiqués pour avoir créé des frontières administratives additionnelles.

La force des stratégies macro-régionales de l’UE est souvent considérée comme venant du haut niveau d’engagement politique et de l’implication des institutions européennes et nationales dans leur développement et leur mise en œuvre. Néanmoins, les dispositifs de gouvernance complexes présentent des défis majeurs, tout comme la faible implication des acteurs infranationaux et non communautaires.