Blog post

Qui sont nos députés européens ? 1/4

JAVIER MORENO SÁNCHEZ

Alors que les élections européennes de 2024 se profilent à l’horizon, l’Institut Jacques Delors initie une série de portraits de députés européens réalisés par Christine Verger, Vice-Présidente de l’Institut.

De nationalités et de sensibilités politiques différentes, ils forment le cœur battant d’une institution  encore trop méconnue. Ils enrichissent, de par leurs activités et leur influence, une démocratie européenne encore en devenir.

Aujourd’hui : Javier Moreno Sánchez.

Prochain portrait : Othmar Karas.

 

| 21/11/2022

En Espagne, chaque personne porte un nom double, l’enfant a comme premier nom celui de son père, et comme second nom celui de sa mère. C’est la tradition depuis des siècles.

Ainsi naquît le 12 mars 1965 Javier Moreno Sánchez, aujourd’hui député européen de nationalité espagnole.

Son père avait quitté l’Espagne en 1961, en raison de la situation économique et politique de son pays, comme des milliers d’autres espagnols partis vers la Suisse. Le pays avait besoin de main d’oeuvre, et il put bénéficier d’un contrat légal en tant qu’électricien, jouissant des mêmes droits et du même salaire que les nationaux, et bénéficiant des mêmes services publics. Sa mère était couturière, elle l’est encore.

L’Espagne, c’était pour les vacances et pour les retrouvailles avec la famille.

Javier Moreno Sánchez est un pur produit de la méritocratie : études universitaires à l’Institut des relations internationales de Genève, car déjà germait en lui l’intérêt pour les questions européennes et l’Amérique Latine. Le contexte genevois y était favorable, avec la présence de grandes organisations internationales.

Puis il décrocha un stage à la Commission européenne à Bruxelles.

Ainsi s’ouvrait une période, non refermée à ce jour, de présence active et militante dans les institutions européennes, notamment au Parlement européen.

D’abord assistant d’Enrique Baron, qui venait d’achever son mandat de Président du Parlement et présidait la commission des affaires étrangères, il fut secrétaire général adjoint du Parti des socialistes européens, après avoir passé un concours interne au groupe parlementaire socialiste. C’est là qu’il participa, avec Giuliano Amato, ancien Président du Conseil italien et vice-président de la Convention sur l’avenir de l’Europe, aux travaux de la future “Constitution européenne”. C’est là aussi qu’il sera un des acteurs de la création des partis politiques européens, dont le statut et le budget furent adoptés en 2004.

Puis, ayant été très actif au sein du Parti socialiste espagnol, il fut élu député européen de 2004 à 2009 dans le cadre du mode de scrutin qui prévaut en Espagne (circonscription unique). Puis il fut Secrétaire général du groupe parlementaire socialiste de 2014 à 2019, enfin de nouveau député européen depuis 2019, et chef de la délégation socialiste espagnole.

Au fil des ans, Javier avait en effet noué des relations étroites avec le PSOE en tant que responsable des socialistes espagnols à l’étranger. Proche de José Luis Zapatero, chef du Parti socialiste espagnol, futur chef du gouvernement du pays, il l’est aujourd’hui de Pedro Sánchez, qui préside l’exécutif espagnol depuis 2018.

Car pour lui, politique européenne et politique nationale ont toujours été intimement liées, même si les députés européens siègent d’abord par groupes politiques (PPE, Socialistes, Libéraux, Verts, etc).

Les délégations nationales ne sont que des structures informelles au sein des groupes, visant à faire connaître les sensibilités de leur pays et de leur parti. Ensuite s’élaborent les compromis nécessaires pour établir une position commune du groupe en vue des débats et des votes du Parlement européen dans son ensemble. Rappelons en effet que le fonctionnement de ce dernier est fondé sur la recherche de compromis entre les groupes, puisqu’aucune famille politique ne détient à elle seule la majorité.

La carrière de Javier Moreno Sánchez a accompagné la montée en puissance du Parlement européen dans le jeu institutionnel européen. Aujourd’hui co-décideur avec le Conseil des Ministres européens dans de très nombreux domaines de la législation européenne, le Parlement contrôle aussi la Commission et en élit les membres.

Parmi les nombreuses responsabilités de l’élu espagnol, citons d’abord celles qu’il exerce au sein de la commission des libertés civiles, justice et affaires intérieures du Parlement européen.

La question de l’immigration est en effet un fil conducteur de son action, liée à sa volonté de faire progresser les dossiers de l’immigration légale.

Il fut rapporteur pour la révision de la directive « blue card » qui était bloquée au Conseil depuis des années, faute de volonté politique. Cette directive définit les conditions d’entrée et de séjour que les ressortissants des pays tiers doivent remplir pour occuper un emploi hautement qualifié dans les États membres, et fut adoptée en 2021 en « co-décision » avec le Conseil.

Il est aujourd’hui rapporteur pour la révision de la directive « permis unique » qui touche aux conditions d’accès et de résidence des ressortissants des pays tiers dans les États membres, et s’apprête, au nom du Parlement, à entamer les négociations avec le Conseil.

Il est membre du groupe de travail qui contrôle Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, dont le budget, qui a considérablement augmenté ces dernières années, est voté par le Parlement.

Autre commission parlementaire dont cet élu est un membre actif: celle du commerce international. Rapporteur permanent pour le CETA, accord économique et commercial entre l’Union européenne et le Canada, il participe à ce qu’il est convenu d’appeler la « diplomatie parlementaire ». L’accord, signé mais mis en œuvre à titre provisoire et partiellement, n’a pas été ratifié par tous les pays, notamment la France. Le PE l’ayant ratifié (rappelons qu’il dispose d’un droit de veto sur les accords commerciaux), Javier Moreno Sánchez s’emploie, avec d’autres membres de sa commission qui sont également membres de la délégation avec le Parlement canadien, à tenter de convaincre ses homologues dans les Parlements nationaux, persuadé qu’il est de la valeur ajoutée de l’accord et des opportunités qu’il offre, notamment aux PME. Car Javier Moreno Sánchez est connu pour sa capacité à trouver des compromis, à tisser des liens personnels avec ses interlocuteurs, et à affronter des situations complexes.

Javier Moreno Sánchez est enfin Président du groupe d’amitié avec Cuba, et Vice-Président de l’intergroupe sur les droits des enfants.

En tant que chef de la délégation socialiste espagnole, il entretient le lien entre son parti (dont il est membre du bureau exécutif), et le niveau européen. Tous les gouvernements, a fortiori en Espagne, où les 1ers Ministres restent chefs de leurs partis, suivent de près l’activité des institutions européennes, y compris le PE. Pour ne citer qu’un exemple, la situation en Ukraine, et les décisions et les orientations qui sont prises au niveau européen intéressent d’autant plus l’Espagne qu’elle accueille plus de 100 000 réfugiés ukrainiens.

La famille de Javier Moreno Sánchez réside à Bruxelles depuis longtemps, puisqu’il a occupé diverses fonctions de manière permanente dans la capitale belge. En tant que député européen, il partage sa vie entre Bruxelles, lieu de réunion des commissions parlementaires, Strasbourg, 3 à 4 jours par mois pour la session plénière du Parlement, Madrid, pour les réunions de son parti, et il voyage régulièrement en Europe au titre de ses nombreuses activités parlementaires. De plus en plus de députés européens établissent d’ailleurs leur résidence principale à Bruxelles (on estime le nombre de ces députés à 250-300 sur 751), afin de faciliter la vie familiale, ce qui n’est pas sans soucier les autorités françaises attachées à conserver le siège principal du Parlement à Strasbourg.

Comme tous les députés européens, il dispose d’assistants (dans les limites de l’enveloppe budgétaire définie par le Parlement), en l’espèce deux assistants “accrédités” engagés à Bruxelles dépendant directement de l’administration du Parlement. En tant que chef de la délégation socialiste espagnole au Parlement européen, il dispose en outre d’un secrétariat propre à cette délégation.

À travers toutes ces activités, Javier Moreno Sánchez démontre un enthousiasme et un sens du compromis et de l’intérêt général, dont il n’est certes pas le seul détenteur, mais qui contribue à faire du Parlement un acteur incontournable de la vie européenne.

SUR LE MÊME THÈME

ON THE SAME THEME

PUBLICATIONS

Voir plus
Load more

MÉDIAS

MEDIAS

Voir plus
Load more

ÉVÉNEMENTS

EVENTS

Voir plus
Load more