Policy Paper 61
 

Un fonds assurantiel d’ajustement cyclique pour la zone euro

Ce Policy Paper est une proposition d’application de l’idée de fonds d’ajustement cyclique présentée dans le rapport du groupe Tommaso Padoa-Schioppa.

|   23/01/2013             |   Henrik Enderlein   |   Lucas Guttenberg   |   Jann Spiess             |   Economie et finance
Policy Paper
Le rapport des quatre présidents publié en décembre 2012, « Vers une véritable union monétaire », souligne la nécessité d’une capacité d’absorption des chocs asymétriques au niveau de la zone euro. Nous cherchons à contribuer à cette réflexion en proposant la création d’un Fonds assurantiel d’ajustement cyclique (FAAC) qui interviendrait en fonction des différences constatées dans les écarts de production.

Pour renforcer la convergence des cycles au sein des économies de la zone euro, ce dispositif drainerait des fonds depuis les économies en surchauffe vers celles qui ralentissent, atténuant ainsi, substantiellement, les effets procycliques de la politique monétaire unique de la BCE, dite du « one size fits all ». L’écart de production sert d’indicateur synthétique du positionnement d’une économie dans le cycle. Les mouvements du CAAF sont donc déterminés par la différence entre l’écart de production d’un État membre et l’écart agrégé de la zone euro. Le dispositif est par définition équilibré tous les ans et notre simulation indique qu’à long terme le solde net par pays s’approche de zéro.

Dans notre scénario de base, nous formons l’hypothèse que les transferts représentent 50% de la différence entre les écarts de production nationaux et l’écart agrégé ; nous évaluons à 1,2 la valeur du multiplicateur budgétaire, dans la mesure où les paiements diminueront substantiellement les effets de la boucle de rétroaction, étendus sur trois ans. Dès lors, notre simulation montre que si le dispositif avait été en place lors du lancement de l’euro, la déviation standard moyenne des écarts de production par rapport à l’écart agrégé de la zone euro aurait été inférieure de 39,4% à celle des quatorze années écoulées. En outre, les effets de lissage auraient été les plus forts durant les périodes de variations plus marquées, à savoir durant les années 2005-2007, qui ont précédé la crise, ainsi qu’au cours des deux dernières années. Presque tous les membres fondateurs de l’Union économique et monétaire (UEM) se seraient trouvés dans une position financière nette proche de zéro à la fin de la période de simulation.

Ce Policy Paper est une proposition d’application de l’idée de fonds d’ajustement cyclique présentée dans le rapport du groupe Tommaso Padoa-Schioppa « Parachever l’euro. Feuille de route vers une union budgétaire en Europe« .