Autres documents
 
Les relations industrielles dans l’Union européenne
Séminaire organisé à Luxembourg, en collaboration avec l'Institut d'études européennes et internationales du Luxembourg.
|   11/09/1997             |     |   Jacques Delors             |   Economie et finance
Autres documents

COMPTE-RENDU DE SÉMINAIRE PAR JEAN-LOUIS ARNAUD

INTRODUCTION

Connaissez-vous l’histoire de la poule qui rencontre un cochon et lui dit, les yeux dans les yeux : – Sais-tu que nous pourrions, tous les deux, faire de grandes choses ensemble ? – Ah, dit le cochon, qui n’y avait pas pensé, mais quoi encore ? – Eh bien, dit la poule, des oeufs au jambon, par exemple… – Et le  » Oui  » du cochon qui, une fois rentré à la maison, comprend, mais un peu tard, que lui va finir en tranches.

Cette fable peut servir d’enseigne à toute étude sur les relations industrielles. Pour le syndicaliste italien Sergio d’Antoni, qui la proposait au séminaire de Luxembourg, la morale s’impose : patrons et syndicats feront de grandes choses ensemble, mais à condition qu’ils acceptent le donnant-donnant. Trente experts en relations industrielles – des représentants du patronat et des syndicats, mais aussi des sociologues, des politologues, des juristes et des hommes politiques1 – ont participé le 11 septembre dernier à ce séminaire qui a traité de l’évolution des relations industrielles dans les pays de l’Union européenne, à l’invitation de l’Association « Notre Europe », présidée par Jacques Delors et de l’Institut d’études européennes et internationales du Luxembourg.