Policy Paper 113
 
Qui présidera la Commission ? Une question à choix multiples
L’objectif de ce Policy paper d’Yves Bertoncini et Thierry Chopin est d’analyser les nominations intervenues à la Présidence de la Commission européenne depuis 1979 afin de faire apparaître les principaux critères susceptibles de prévaloir dans les négociations qui s’ouvrent entre Conseil européen et Parlement européen afin de désigner le successeur de José Manuel Barroso.
|   02/06/2014             |   Yves Bertoncini   |   Thierry Chopin             |   Droit et institutions
Policy Paper

La désignation du Président de la Commission européenne suppose un accord conjoint du Parlement européen et du Conseil européen et semble ne devoir reposer ni sur un « modèle Westphalien » (les États décideraient seuls) ni sur un « modèle Westminster » (il faut désigner le candidat du parti arrivé en tête aux élections européennes).

Dans ce contexte, l’objectif de ce Policy paper d’Yves Bertoncini et Thierry Chopin est d’analyser les nominations intervenues depuis 1979 afin de faire apparaître les quatre principaux critères susceptibles de prévaloir dans les négociations qui s’ouvrent :

1. Un premier critère : l’appartenance partisane du Président de la Commission

2. Un critère essentiel : le profil personnel du Président de la Commission

3.  Un critère central : le pays d’origine du Président de la Commission

4. Du QCM au Rubik’s cube : l’impact des désignations à d’autres postes européens et internationaux


Yves Bertoncini et Thierry Chopin concluent leur Policy paper en soulignant qu’il importe en tout état de cause que le choix conjoint du Conseil européen et du Parlement européen soit effectué dans la clarté aussi bien sur le fond (nature des critères invoqués) que sur la forme (transparence des négociations et des votes).