décryptage
 
« La situation espagnole nous conduit à l’union bancaire »
À l'occasion du Conseil européen des 28 et 29 juin 2012, le Président de Notre Europe António Vitorino prend position sur les situations de la Grèce et de l’Espagne, sur les propositions d’« union bancaire », d’« union politique », d’« eurobonds » et de « saut fédéral » et sur les mesures favorables à la croissance. Il évoque aussi le « cadre financier pluriannuel » post-2013 ainsi que la gouvernance de l’espace Schengen et la politique d’asile.
|   26/06/2012             |   António Vitorino             |   Economie et finance
décryptage

À l’occasion du Conseil européen des 28 et 29 juin 2012, le Président de Notre Europe António Vitorino répond aux questions suivantes :

  1. 1 – Le Conseil européen devrait aborder la situation de la Grèce, qui a désormais un nouveau gouvernement : quels sont selon vous les enjeux prioritaires ?

2 – Pensez-vous que la situation de l’Espagne va donner lieu à des décisions marquantes ?

3 – « Union bancaire », « union politique », « eurobonds », « saut fédéral » : croyez-vous que le Conseil européen adoptera des conclusions à la hauteur des propositions évoquées lors de sa préparation ?

4 – Cette réunion du Conseil européen pourrait adopter des mesures favorables à la croissance : que peut-on attendre concrètement sur ce registre ?

5 – Le Conseil européen va avoir sa première discussion de fond sur le « cadre financier pluriannuel » post-2013 : fondez-vous beaucoup d’espoirs sur ce point ?

6 – L’ordre du jour du Conseil européen indique qu’il va aussi évoquer la gouvernance de l’espace Schengen et la politique d’asile : que pensez-vous des dernières évolutions dans ces domaines ?